Une étude, publiée par l’ONG Pesticide Action Network, démontre que la quantité de pesticides au sein des fruits et légumes augmente «spectaculairement» depuis dix ans. Ce qui contrevient aux ambitions formulées par l’Union.

Avoir un objectif, c’est bien, mais l’atteindre c’est mieux. L’Union européenne clame haut et fort sa volonté de réduire de moitié d’ici à 2030 le recours aux pesticides les plus dangereux – herbicides, fongicides, insecticides en tête. Depuis 2011, les Etats membres doivent même éliminer les 55 pesticides les plus nocifs. Problème, un rapport de l’ONG Pesticide Action Network Europe (PAN) révèle ce mardi que leur présence dans les légumes et surtout les fruits vendus au sein de l’UE a considérablement augmenté au cours des dix dernières années, entre 2011 et 2019.

La mûre, fruit le plus contaminé

Pour preuve : la PAN assure, à partir de 97 000 échantillons, que 29% des fruits frais contiennent des traces de pesticides, contre 18% en 2011. Les fruits les plus contaminés en Europe sont les mûres (51%), les pêches (45%), les fraises (38%) et les abricots (35%). Plus du tiers (34% contre 16%) des pommes, le fruit le plus cultivé sur le continent, est exposé. De même, alors que les kiwis étaient quasiment exempts de ces substances toxiques (4%) il y a dix ans, près d’un tiers (32%) est aujourd’hui contaminé.

La moitié des cerises serait contaminée par des traces de pesticides (contre 22% en 2011). D’autant qu’elles contiennent «fréquemment» – notamment celles produites en Espagne – des traces du fongicide Tebuconazole, jugé très toxique par les autorités sanitaires européennes. L’ONG note, sans préciser plus, qu’un nombre croissant de pesticides sont retrouvés à l’intérieur d’un unique fruit. Pourtant, les scientifiques mettent «de plus en plus» en garde contre ces «cocktails chimiques», qui «amplifient les effets sur la santé humaine», affirme l’étude.

Lire l’article …

https://www.liberation.fr/environnement/alimentation/toujours-plus-de-pesticides-dans-les-fruits-et-legumes-vendus-au-sein-de-lue-20220524_BYY6FWKKPNA4RG2CDETESHCE2Q/

Le glyphosate est présent dans l’urine de 99,8 % des Français, révèle une récente étude. En particulier chez les consommateurs d’eau du robinet, d’eau de source et de jus de fruits.

Le glyphosate est présent dans l’urine de l’ensemble de la population française, montre une étude publiée le 12 janvier dans la revue Environmental Science and Pollution Research. Près de 7 000 Français ont participé à ces analyses d’urines entre 2018 et 2020. Les taux de glyphosate sont plus élevés chez les hommes, les enfants, les fumeurs et les agriculteurs, mais aussi durant le printemps et l’été. Daniel Grau est l’un des auteurs de l’étude. Statisticien, il coordonne le groupement scientifique de l’association Campagne Glyphosate qui a organisé les collectes d’urines.

Source :

https://reporterre.net/Glyphosate-Tous-les-Francais-sont-contamines

« SNCF Réseau n’emploiera plus de glyphosate en 2022, conformément à ses engagements », a indiqué à l’AFP Matthieu Chabanel, directeur général délégué chargé des projets, de la maintenance, et de l’exploitation du gestionnaire public des voies ferrées.

« Nous travaillons sur des solutions alternatives de traitement, ainsi que leurs modalités d’emploi, en vue de la prochaine période de traitement » au printemps, a-t-il ajouté.

Bon, on en prend acte … Es espérant qu’il n’y aura pas de retour en arrière, de reniement, de trahison, comme les gouvernements Macron ont pu le faire, tant avec le glyphosate qu’avec les néonicotinoïdes ou le retour programmé au nucléaire !

https://www.laprovence.com/actu/en-direct/6609292/la-sncf-confirme-sa-sortie-du-glyphosate-en-2022.html

Oui, le fascisme néolibéral et ses groupes de pression, c’est comme ça … Et ce n’est pas un régime, comme le nôtre, coupable d’un scandale comme celui du Chloredécone,qui pourra dire le contraire … Ni même moufter !

Des agences réglementaires européennes ont publié en septembre une réévaluation apparemment rassurante des effets du glyphosate sur la santé. Mais une analyse de ce rapport réalisée par l’association Générations Futures met en doute la fiabilité de cette conclusion.

https://www.quechoisir.org/actualite-glyphosate-de-nouvelles-donnees-decredibilisent-l-evaluation-du-risque-n96604/

Voir aussi :

Glyphosate : l’expertise européenne a exclu de son analyse l’essentiel de la littérature scientifique

Et

En 2016, l’Anses a enterré un rapport sur le glyphosate

ON EST ENCORE AU MOYEN ÂGE !

Les polémiques sur la chasse reprennent de plus belle après l’accident survenu samedi en Ille-et-Vilaine. (Pascal Pochard-Casabianca/AFP)

Depuis samedi, un automobiliste est entre la vie et la mort après avoir reçu une balle de gros calibre en plein cou. Ce lundi, un chasseur a été mis en examen pour «blessures involontaires lors d’une action de chasse»

https://www.liberation.fr/societe/automobiliste-blesse-par-balle-pres-de-rennes-un-chasseur-mis-en-examen-la-chasse-mise-a-lindex-20211101_XUWZR4SOB5DSBMCDYWVZXXF524/

Blessures involontaires ? Ils l’ont fait souffler dans le ballon ?

Des éoliennes nuisibles pour les riverains

Eoliennes installées sur les hauteurs de Fontrieu dans le Tarn © Radio France – Stéfane Pocher

C’est une première en France : la cour d’appel de Toulouse reconnait que des éoliennes installées près d’une habitation dans un village du Tarn à la limite de l’Hérault sont nocives pour la santé. L’exploitant a été condamné à indemniser les riverains à hauteur de 128.000 euros.

« Nous avons passé des heures à tenter de joindre un technicien. Personne ne répondait. Nous avons été abandonnés à notre sort », 

Maux de tête, vertiges, fatigue, acouphènes, tachycardie, perte de connaissance

Les nuisances sonores et visuelles dégagées constituent un trouble du voisinage mais ont aussi un impact nocif sur la santé. Voilà ce que dit l’arrêt prononcé le 8 juillet 2021 par la cour d’appel de Toulouse. La SOUFFRANCE dénoncée et la DÉVALUATION DE LA MAISON des Fockaert sont reconnus 

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/des-eoliennes-du-parc-regional-du-languedoc-roussillon-nefastes-pour-des-habitants-du-tarn-1635933761

Cet indicateur a l’objectif de compléter le score Agribalyse, socle d’un futur étiquetage environnemental officiel, en intégrant des critères tels que la biodiversité, la pollution des sols et de l’eau par les pesticides, le stockage du carbone par les prairies, etc. Explications.

PRENDRE EN COMPTE LA BIODIVERSITÉ, LA SANTÉ HUMAINE ET LE BIEN-ÊTRE ANIMAL

Appuyé par 15 acteurs de la bio, de l’environnement et de consommateurs, dont l’UFC-Que Choisir (1), l’Itab a proposé un affichage environnemental dénommé Planet-Score. Cet affichage prend en compte plusieurs indicateurs oubliés ou sous-estimés par Agribalyse :

  • l’impact des pesticides et des antibiotiques sur la santé humaine et l’environnement ;
  • l’impact des modes de producqtion sur la pollution de l’air et de l’eau ;
  • l’impact des modes de production sur la biodiversité terrestre et marine ;
  • le stockage du carbone par les prairies ;
  • la déforestation importée, par exemple par les achats de soja utilisé dans l’alimentation animale ;
  • la saisonnalité des productions (impact des serres chauffées sur la consommation d’énergie) ;
  • le transport de denrées par avion ;
  • l’emballage ;
  • l’irrigation ;
  • l’origine des différents ingrédients ;
  • l’impact du mode d’élevage sur le bien-être animal.

L’agriculture chimique des néolibéraux qui, via leurs politiciens véreux, transforment les agriculteurs en empoisonneurs, rendent les sols impropres à l’agriculture, c’est ça !

Pesticide organochloré, le chlordécone a été autorisé sur les territoires français à partir de 1972 et utilisé à grande échelle jusqu’en 1993 dans les bananeraies antillaises pour lutter contre le charançon. Il était pourtant interdit en France depuis 1989. La culture de la banane et de la canne à sucre occupent aujourd’hui la majorité du foncier agricole de la Martinique. Des monocultures intensives qui, en plus d’entraver l’autosuffisance alimentaire de l’île, ont pollué durablement les sols. Il faudra environ sept cents ans pour que la molécule de ce pesticide organochloré disparaisse, si rien n’est fait. Bien que lourde et peu mobile, elle s’est répandue dans les cultures en aval des bananeraies et dans les rivières et nappes phréatiques, à cause du lessivage des sols par la pluie.

Plus de 90 % des Guadeloupéens et Martiniquais contaminés

Si les ouvriers agricoles qui ont épandu manuellement Képone et Curlone (ses noms commerciaux), sans contrôle des dosages, sont les premières victimes de ce produit cancérogène et perturbateur endocrinien, plus de 90 % des Guadeloupéens et des Martiniquais sont contaminés [2]. La Martinique détient de ce fait le record mondial du cancer de la prostate, avec près de 230 nouveaux cas pour 100 000 hommes chaque année.

https://reporterre.net/En-Martinique-des-solutions-agricoles-emergent-pour-eliminer-le-chlordecone

Cela fait maintenant près d’un an que des lots d’aliments sont rappelés en France, et désormais plus globalement en Europe, ceux-ci étant contaminés par de l’oxyde d’éthylène, un insecticide dangereux. Problème : la liste des produits ne fait que s’allonger, et le scandale grossit.

Les empoisonneurs empoisonnent et les politiciens véreux (que, comme des abrutis, nous avons élus) collaborent, organisent leur business, aux empoisonneurs. Alors, pendant qu’on s’empoisonne, qu’on crève, empoisonneurs et politiciens s’enrichissent … Bien sûr.

https://www.linfodurable.fr/sante/glaces-sucre-cafe-toujours-plus-de-produits-contamines-loxyde-dethylene-28234