Dans l’agglomération de Pau, riverains et agriculteurs s’affrontent autour d’un projet de méthanisation.

Le projet de méthaniseur, soutenu par la communauté d’agglomération de Pau et son président, François Bayrou, a été rendu possible par le déclassement d’un cours d’eau. Des riverains et deux associations ont déposé des recours.

[…] l’emplacement de ce méthaniseur se trouve non loin des habitations, d’une zone Natura 2000, et d’un sentier de promeneurs. 

Cela va provoquer des émanations d’ammoniac dans l’air… et nous aurons plus de nitrates dans la nappe phréatique, qui n’est qu’à deux mètres de profondeur. 

le méthaniseur sera construit sur un bassin versant, à l’aplomb d’un cours d’eau intermittent. En cas de fuite ou d’accident de l’usine, ce cours d’eau, qui rejoint le ruisseau de l’Oussère au niveau du village voisin, Sendets, pourrait donc être directement pollué et contaminer des terrains alentour. Depuis un an, six accidents de méthaniseur en France ont conduit à une pollution de cours d’eau : à Châteaulin, dans le Finistère (où 180 000 foyers ont été privés d’eau potable pendant une quinzaine de jours), à La Mesnière (Orne), à Andelnans (Haut-Rhin), à Volckerinckhove (Nord), à Tence (Haute-Loire), et à Aire-sur-l’Adour (Landes). Une fosse de lisier qui éclate, une cuve de digestat qui fuit, un épandage trop copieux

Oui, à Coulombs-en-valois, on sait que la présence d’une zone Natura 2000, créée du fait de la présence d’une espèce de batracien menacée, n’a gêné ni les porteurs du projet, agriculteurs locaux, ni le maire de l’époque, agriculteur à la retraite et père de l’un des deux créateurs du méthaniseur (pas plus que ça n’a gêné ce qui lui restait d’équipe municipale encore fidèle, dont un premier adjoint, agriculteur aussi. Tous ont été évincés, lors des dernières élections).

Ici aussi, le Clignon et ses marais craignent, comme craignent les marais entre Coulombs-en-valois et Crouy-sur-Ourq, comme sont concernés nappes phréatiques, sources, rus …

Mais ni cela, ni de possibles conflits d’intérêts n’ont perturbé le Préfet qui, en Macronie, décerne les autorisations nécessaires au mépris de tout fonctionnement démocratique.

Humanité et biodiversité ne sont rien, en néolibéralisme, à côté du business. Espérons que Bayroux, et ceux responsables de cette aberration, seront également jetés de leurs postes d’élus, demis de leurs fonctions dont ils trahissent la charge.

http://www.mediapart.fr/journal/france/300621/dans-l-agglomeration-de-pau-riverains-et-agriculteurs-s-affrontent-autour-d-un-projet-de-methanisation?utm_source=global&utm_medium=social&utm_campaign=SharingApp&xtor=CS3-5

IL FAUT ABSOLUMENT REGARDER CE DOCUMENTAIRE … NOUS SOMMES DIRECTEMENT CONCERNÉS !!!

Il est reproché à ce film tout récent de ne donner la parole qu’à des intervenants à charge. Après l’avoir vu, on est tenté de se dire « mais comment pourrait-il en être autrement ? », tellement il semble patent que Gaz et Éolien (ou Gaz et Solaire ailleurs) sont les deux faces d’une même monnaie favorisant, toujours, le secteur gazier. Tant il semble évident que nous sommes, par ailleurs, face à une stratégie imposée à l’Europe en général et à la France en particulier.

Ce film-documentaire s’évertue en effet à démontrer la stratégie allemande qui, du fait d’une électricité nationale trop chère, a cherché, via l’UE, qui est un (son ?) puissant outil, à renchérir l’électricité trop compétitive des autres pays européens et, surtout, celle de la France (qui disposait d’une électricité particulièrement compétitive, et décarbonée à près de 90 %, du fait de ses origines nucléaire et hydrolique, notamment).

Coulombs-en-Valois serait donc, comme le reste du pays et de l’Europe, tout bonnement victime de cette stratégie allemande, mais avec une circonstance aggravante : De se voir imposer sur son sol, et pratiquement à la fois, Biométhane et Éolien … Cerise sur le gâteau : L’éolien (au moins) sera installé par Intervent, une société française, peut-être, mais surtout propriété du groupe allemand Aterric Gmbh !

Les responsables politiques (*) ayant participé à cela devraient avoir à en répondre.

(*) Depuis les gouvernements Hollande, au moins, dont, comme on sait, Emmanuel Macron faisait déjà partie comme conseiller à l’Élysée, puis comme Ministre.

Les éoliennes sont en quelques années devenues le symbole de la transition écologique. Quels enseignements politiques, sociaux, économiques et environnementaux peut-on tirer de leur multiplication ? Le rêve est-il en phase avec la réalité ? Professionnels, experts et riverains nous dévoilent les envers du décor.

Pour en savoir plus : https://eoliennes-lefilm.com. Pour soutenir l’association et faire un don : https://www.documentaire-et-verite.co…

SOMMAIRE :

  • 00:00 Introduction
  • 09:30 Stockage et intermittence
  • 18:15 Le modèle allemand
  • 22:45 Système européen
  • 31:09 Toujours du vent quelque part ?
  • 33:19 Du vent dans le gaz
  • 39:28 Oil, GAFA & black-out
  • 45:12 Pour une sortie du nucléaire ?
  • 52:00 Quand le vent se transforme en or
  • 58:58 L’installation d’un parc
  • 1:05:43 Une chance pour l’emploi ?
  • 1:11:41 Une énergie bon marché ?
  • 1:19:37 Une fabrication verte ?
  • 1:26:40 Eoliennes, mon amour ?
  • 1:37:01 Dénis démocratiques ?
  • 1:47:29 Le salut par l’offshore ?
Ils ont tout pollué. Tout ? Non, il reste encore un peu de biodiversité à détruire …

« Elle distribue de l’argent public à ces usines, dit-il. En moyenne, une centrale reçoit 600 000 euros de subventions par emploi créé. La situation est similaire dans d’autres zones agricoles, comme la Bretagne et l’Auvergne-Rhône-Alpes. Les élus assurent que c’est un procédé énergétique durable. Mais dans les faits, la méthanisation s’industrialise et cause de graves risques de pollution. Aussi, les centrales nécessitent des apports en végétaux et donc l’utilisation de plus en plus massive de terres agricoles dédiées. »

« La politique énergétique est un enjeu colossal pour l’écologie, insiste Bruno Ulrich, représentant des associations environnementales au Ceser. Dans ce grand virage vers la méthanisation, ce ne sont pas des motivations écologiques qui priment, mais financières. Pourtant, l’urgence de trouver de bonnes solutions énergétiques est bien là, et le cap qu’on s’apprête à prendre pour les prochaines décennies n’est pas le bon, au contraire. »

https://reporterre.net/Methanisation-Grand-Est-fonce-tete-baissee

Lors de cette manifestation, le collectif a reçu le soutien de l’association Eaux et Rivières et du Collectif National Vigilance Méthanisation canal historique. Deux oppositions très fortes à l’implantation d’usines de méthanisation. Pierre Loisel, le délégué départemental, rappelle qu’« Eaux et rivières » est l’auteur d’un manifeste pour un moratoire sur le développement des méthaniseurs en Bretagne et un renforcement du contrôle des unités existantes. 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/kervignac-56700/kervignac-gazpard-maintient-la-pression-contre-le-projet-de-methanisation-7178059

Quels sont les reproches des habitants?

S’ils ne remettent pas en cause l’intérêt même de la méthanisation, les opposants au projet drômois craignent avant tout des répercussions sur leur cadre de vie : « puanteur dégagée par l’installation », « risque de pollution des nappes phréatiques et de l’air », « nuisances sonores et risques liés au passage des camions », « perte de la valeur foncière des maisons se situant à proximité ».

https://www.ledauphine.com/environnement/2020/12/03/biogaz-quand-les-citoyens-s-opposent-aux-projets-d-usine-de-methanisation-isere-drome-ardeche-ain-savoie-haute-savoie-hautes-alpes-ardeche-vaucluse

Eau noire et mousseuse, dépôts gélatineux, odeur nauséabonde, poissons morts… Ce couple de retraités a assisté avec impuissance à la dégradation de son petit coin de paradis. « C’était un vrai lieu de vie. Nos enfants et petits-enfants pêchaient et s’y baignaient encore l’an dernier », racontent-ils.

https://www.lepopulaire.fr/saint-brice-sur-vienne-87200/actualites/une-unite-de-methanisation-est-elle-responsable-de-la-pollution-d-un-etang-a-saint-brice-sur-vienne_13876664/

https://t.co/aix9d9AF8I