Durant toutes ces années, l’agrochimie a mené un lobbying très actif contre le document de l’EFSA. Les firmes ont invoqué par écrit leur inquiétude de voir retirer du marché de très nombreux pesticides. Et leur problème de business plan l’a emporté sur la science, la biodiversité, et la sécurité alimentaire des citoyens : les insectes pollinisateurs sont indispensables à la reproduction des plantes à fleurs et de 84 % des cultures en Europe.

Lisez l’article, svp. Voyez comment fonctionne l’UE ultralibérale, voyez comment le néolibéralisme tue la biodiversité, nous tue … Peut-être voterons-nous un peu plus en conscience, à l’avenir.

https://www.liberation.fr/idees-et-debats/tribunes/pesticides-et-pollinisateurs-une-tragedie-europeenne-en-trois-actes-20210707_CIC5GYTZRJFR3EERV4LFG5G72E/

En milieu agricole, « c’est une hécatombe », dénonce Benoit Fontaine, scientifique au MNHN. En cause, l’intensification de l’agriculture et l’usage de pesticides, « en particulier les néonicotinoïdes », les grandes parcelles et la disparition des haies, ou encore la mécanisation.

Le gouvernement a autorisé en 2020 une réintroduction temporaire des néonicotinoïdes, dont l’effet néfaste sur les abeilles est documenté.

https://www.nouvelobs.com/ecologie/20210531.OBS44718/les-scientifiques-alertent-face-au-declin-des-oiseaux-il-faut-changer-l-agriculture-et-la-chasse.html