Après une convergence de forces contre la bétonisation, la seconde saison des Soulèvements de la Terre aura pour cible l’intoxication des terres par le système agro-industriel. L’agriculture extractiviste, et son recours à la mécanisation et à la chimie, empoisonne les biens communs que sont la terre et l’eau, tue les oiseaux, les rongeurs, les humains. Nous sommes nombreux·ses à se sentir tenaillé·e·s par la colère et l’absence d’horizon. Rejoignez les Soulèvements de la Terre !

Après une première convergence de forces contre la bétonisation, cette seconde saison des Soulèvements de la Terre aura pour cible majeure l’accaparement et l’intoxication des terres par le système agro-industriel.

Ce système est un vaste complexe composé de multiples acteurs : des groupes industriels plus puissants que les États, Bayer-Monsanto et ses manipulations sur le vivant en tête ; des politiques public-privé qui privatisent l’accès à nos ressources vitales, telles que l’eau avec les projets de « méga-bassines » ; ou encore des sociétés agricoles à visée hégémonique qui s’approprient des quantités considérables de terres. Mais aussi étendu que soit ce système, nous pouvons le combattre en de multiples points.

Il repose sur une course effrénée à l’agrandissement des exploitations agricoles et à l’augmentation des rendements, au mépris de l’environnement, de la qualité de la nourriture et des conditions de travail. En 2013, 3,1 % des exploitations concentraient à elles seules la moitié des terres agricoles de l’Union Européenne. Il a également conduit à la quasi disparition de la classe paysanne, comme de pans entiers de la biodiversité, et génère des profits colossaux pour les multinationales productrices de pesticides et engrais chimiques, tandis que les exploitant.e.s peinent à se tirer un revenu et s’endettent à en crever.

Cette agriculture extractiviste requiert un recours croissant à la mécanisation, à l’automatisation et à la chimie. Elle empoisonne massivement les biens communs que sont la terre et l’eau. Elle tue les oiseaux, les rongeurs, les insectes et les humains. C’est une catastrophe pour le climat, la biodiversité et la santé. Malgré tout, les gouvernements successifs continuent, complices, de porter ce modèle avec la FNSEA, structure tentaculaire pilotée par les patrons de l’agro-business. Le renouveau d’une paysannerie à la fois viable et soucieuse du vivant est bridé, bien qu’une partie de plus en plus large de la population en soutienne clairement les principes.

LIRE L’ARTICLE !

Acte 1 – 22 septembre : Manif-action contre les « méga-bassines », Niort, 12h, place de la Brèche.

Acte 2 – 9-10 Octobre : Marches sur Paris pour les terres fertiles d’Île-de-France et contre la bétonisation.

Acte 3 – Tout au long de la saison : battre la campagne contre l’accaparement

Acte 4 – 5 mars 2022 : Assiéger Bayer-Monsanto, Lyon

https://blogs.mediapart.fr/les-soulevements-de-la-terre/blog/130921/intoxication-des-terres-par-le-systeme-agro-industriel-les-soulevements-de-la-terr

Ils ont tout pollué. Tout ? Non, il reste encore un peu de biodiversité à détruire …

« Elle distribue de l’argent public à ces usines, dit-il. En moyenne, une centrale reçoit 600 000 euros de subventions par emploi créé. La situation est similaire dans d’autres zones agricoles, comme la Bretagne et l’Auvergne-Rhône-Alpes. Les élus assurent que c’est un procédé énergétique durable. Mais dans les faits, la méthanisation s’industrialise et cause de graves risques de pollution. Aussi, les centrales nécessitent des apports en végétaux et donc l’utilisation de plus en plus massive de terres agricoles dédiées. »

« La politique énergétique est un enjeu colossal pour l’écologie, insiste Bruno Ulrich, représentant des associations environnementales au Ceser. Dans ce grand virage vers la méthanisation, ce ne sont pas des motivations écologiques qui priment, mais financières. Pourtant, l’urgence de trouver de bonnes solutions énergétiques est bien là, et le cap qu’on s’apprête à prendre pour les prochaines décennies n’est pas le bon, au contraire. »

https://reporterre.net/Methanisation-Grand-Est-fonce-tete-baissee

Voyez comme ils mentent, ces empoisonneurs, voyez leur propagande … Et, pendant que d’autres luttent, nous, on a laissé faire. Ignorants, on s’est fait avoir et, du digestat, on en bouffera pendant des lustres … Et nos arrière petits-enfants trouveront en encore des traces dans les nappes phréatiques.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/video-bas-rhin-a-rittershoffen-le-projet-d-une-unite-de-methanisation-cree-la-polemique-2056243.html

En France, l’agriculture est la première cause de pollution de l’eau potable, révèle une étude de l’UFC-Que Choisir publiée ce mardi.

Oui, oui, on est au courant. Depuis que nos gouvernants ont transformé nos paysans en empoisonneurs, c’est la nouvelle donne : La flotte, les aliments pourris de pesticides, c’est pour nous. Les homards, le bon pinard et la bonne bouffe (payés avec nos sous, en plus), c’est pour eux … Toute cette engeance aurait tort de se gêner, on vote pour eux, on les adule, on admire tellement inconditionnellement, « ceux qui ont réussi » …

https://www.nouvelobs.com/conso/20210420.OBS43018/plus-d-un-million-de-consommateurs-boivent-une-eau-polluee-par-les-pesticides.html

Un permis de construire pour un méthaniseur agricole XXL a été déposé le 16 avril à la mairie de Corcoué-sur-Logne. Derrière ce projet qui se heurte à la contestation locale, une entreprise danoise qui tente de s’implanter en France, profitant de subventions très favorables au « biométhane ».

https://www.mediapart.fr/journal/france/200421/en-loire-atlantique-les-impacts-problematiques-d-un-methaniseur-hors-norme?onglet=full

Ben, oui, les requins pollueurs, y compris étrangers, vont pas se gêner … Il n’y a qu’a se baisser pour ramasser notre pognon, que Macron leur distribue sous forme de subventions. Les digestats, la pollution des nappes et des rus et le toutim, on se les garde, par contre, ça, les requins danois, ils sont comme les nôtres : la merde, c’est pour les « sans-dents » …

Lors de cette manifestation, le collectif a reçu le soutien de l’association Eaux et Rivières et du Collectif National Vigilance Méthanisation canal historique. Deux oppositions très fortes à l’implantation d’usines de méthanisation. Pierre Loisel, le délégué départemental, rappelle qu’« Eaux et rivières » est l’auteur d’un manifeste pour un moratoire sur le développement des méthaniseurs en Bretagne et un renforcement du contrôle des unités existantes. 

https://www.ouest-france.fr/bretagne/kervignac-56700/kervignac-gazpard-maintient-la-pression-contre-le-projet-de-methanisation-7178059

Eau noire et mousseuse, dépôts gélatineux, odeur nauséabonde, poissons morts… Ce couple de retraités a assisté avec impuissance à la dégradation de son petit coin de paradis. « C’était un vrai lieu de vie. Nos enfants et petits-enfants pêchaient et s’y baignaient encore l’an dernier », racontent-ils.

https://www.lepopulaire.fr/saint-brice-sur-vienne-87200/actualites/une-unite-de-methanisation-est-elle-responsable-de-la-pollution-d-un-etang-a-saint-brice-sur-vienne_13876664/

L’eau, à Coulombs, est scandaleusement polluée. Tellement, qu’elle est impropre à la consommation humaine et que, pour l’eau courante, il nous faut la faire venir d’ailleurs … Doit-on définitivement se conformer à ce que certains considèrent notre nappe phréatique comme leur puisard ?

Source : Que Choisir