Sale temps pour les « bio-gaziers » qui défigurent et polluent nos campagnes … Leur « bio »-méthane, c’est plus l’avenir !

L’hydrogène d’origine renouvelable va coûter de moins en moins cher et devenir compétitif face à l’hydrogène d’origine fossile, et même, dans certains cas, face au gaz naturel, selon une étude publiée ce mercredi 7 avril.

L’hydrogène dit « vert » est produit par électrolyse de l’eau en utilisant de l’électricité d’origine renouvelable (éolienne, solaire ou hydroélectrique). Sous cette forme, ce gaz aux multiples usages reste encore très cher à produire. Mais BloombergNEF, centre de recherche dédié à la transition énergétique, a revu à la baisse ses prévisions de coûts pour l’avenir, en raison de la chute attendue des prix de l’électricité solaire.

https://www.sudouest.fr/international/l-hydrogene-vert-va-devenir-moins-cher-que-les-energies-fossiles-selon-un-rapport-1992034.php

Et, pendant ce temps, nous, en France on veut faire de l’hydrogène avec du nucléaire. Ah, oui, et convertir l’agriculture intensive à la production de méthane que, pour l’occasion, on appelle « Bio »-méthane, pour faire plus mieux … Et tout ça en se grattant le scrotum d’une main, pendant qu’on se cure le nez de l’autre !

Le gouvernement danois a approuvé le projet de construction de deux îles énergétiques qui produiront non seulement 4 GW d’électricité, mais aussi de l’hydrogène vert destiné aux secteurs de la navigation, de l’aviation, de l’industrie et du transport lourd. Un mois plus tard, le géant allemand Thyssenkrupp a annoncé qu’il allait travailler avec la société énergétique allemande Steag sur une usine d’électrolyse de l’hydrogène de 500 MW destinée à alimenter la production d’acier. 

https://www.h2-mobile.fr/actus/bill-gate-soutient-nouveau-procede-hydrogene-vert-low-cost/

Nouveau projet hydrogène chez LMG Marin. Le bureau d’études en architecture navale et ingénierie offshore et maritime implanté à Toulouse et Bergen (Norvège) a conçu pour l’armateur norvégien Wilhelmsen un cargo de 130 mètres de long fonctionnant avec de l’hydrogène liquide vert (certainement à partir d’énergie hydroélectrique). Ce projet à échéance 2024 baptisé HySHIP a reçu, le mois dernier, un soutien de 8 millions d’euros de l’Union européenne. Il réunit un consortium de 14 partenaires internationaux, dont les norvégiens Kongsberg, Equinor et Norled, mais aussi trois français : LMG Marin, Air Liquide et PersEE.

https://www.meretmarine.com/fr/content/hydrogene-liquide-lmg-marin-concoit-un-cargo-pour-wilhelmsen