Au MIT, les chercheurs du Plasma Science and Fusion Center (PSFC) et de la startup Commonwealth Fusion Systems, ont peut-être réussi à atteindre un point de production d’énergie nette. Une première mondiale.

À Boston, dans les locaux du Massachussetts Institute of Technology (MIT), des chercheurs sont peut-être en train d’inventer le futur de l’énergie mondiale. En effet, promesse d’énergie propre « infinie », un nouveau genre de fusion nucléaire a certainement été atteint le 5 septembre 2021. Cette découverte pourrait représenter une avancée majeure pour l’avenir.

Depuis quelques jours, une unité de méthanisation produit de l’électricité en contrebas de la ferme Richert, à Berling. Une installation conçue pour traiter uniquement les effluents des 800 bovins que compte la structure. Pas question de trafic routier supplémentaire. Alors que ces structures suscitent parfois des tensions avec le voisinage, même les néo-Berlingeois qui ont quitté Réding (où un méthaniseur industriel devait être installé) ne trouvent rien à redire.

Oui, à l’origine, les unités de méthanisation, ce devait être ça.

Mais, ça, c’était avant !

https://www.republicain-lorrain.fr/economie/2021/07/22/berling-la-ferme-richert-lance-son-methaniseur-a-taille-de-ferme

Attention, c’est du lourd !

(non, toujours pas pour le « bio »_methane, non !)

Hyzon Motors et Chart Industries vont développer un véhicule utilitaire lourd alimenté à l’hydrogène liquide et doté d’une autonomie de près de 1 000 miles (1 609 kilomètres).
 
Hyzon, constructeur américain de poids-lourds et bus à hydrogène, multiplie les annonces ces dernières semaines. Signature d’un accord avec Total Energie en Europe

https://www.h2-mobile.fr/actus/hyzon-chat-camion-hydrogene-liquide-autonomie-record/

Sympathique !

Bon, oui, non pas pour le « bio »-méthane, on en convient !

L’Université Bretagne Sud va concevoir un prototype d’électrolyseur à bas coût afin de le rendre accessible aux particuliers. Ces derniers pourront ainsi produire leur propre hydrogène chez eux et stocker le surplus d’énergie, issu par exemple de panneaux solaires en été.

https://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/articles/un-electrolyseur-low-cost-en-cours-de-developpement-pour-les-particuliers-95299/

Uffffff, sale temps pour le « Bio »-méthane et le « Bio »-GNV. Principe qu’on nous a vendu comme bio, mais qui est, évidemment, considérée comme gaz à effet de serre par la Commission européenne.

Ne doutons pas que les lobbies de la FNSEA et d’ailleurs sont déjà à la tâche pour arrêter cela !

Si elle doit encore être discutée au Parlement européen et en Conseil des ministres avant d’être définitivement adoptée, la proposition est particulièrement redoutée dans la mesure où elle interdit très largement les motorisations thermiques. Sont ainsi concernés les hybrides et l’ensemble des biocarburants (E85, GNV) qui, malgré des bilans favorables en approche ACV, ne figurent pas parmi les véhicules zéro émission dans une approche du réservoir à la roue. Au final et sous réserve que le texte soit adopté, seules deux technologies subsisteront en 2035 : l’électrique à batteries et l’hydrogène.

https://www.h2-mobile.fr/actus/europe-strategie-zero-emission-favorable-hydrogene/