La trahison … Toujours, constante.

Le gouvernement allemand a annoncé un compromis visant à garantir que l’expansion de l’énergie éolienne terrestre ne soit pas entravée par des règles de protection de l’environnement trop strictes.

[…]

Au cœur du compromis se trouve un nouveau cadre permettant de contourner les lois sur la protection de la nature lors de l’approbation de nouvelles éoliennes. Il comprend une révision de la méthode de calcul de la probabilité de collision des oiseaux avec les pales des éoliennes, une procédure simplifiée pour prouver que des oiseaux menacés se reproduisent dans la région, des limites à la charge qui peut être imposée aux exploitants d’éoliennes et une liste exhaustive de 16 espèces d’oiseaux protégées.

Les deux ministres ont également convenu d’inclure une disposition dans les lois sur la protection de la nature afin d’assouplir les exigences relatives au repowering, qui consiste à remplacer les vieilles turbines par d’autres plus efficaces — et souvent plus grandes. Il s’agit d’une mesure qui risque de devenir cruciale dans les années à venir, lorsque les vieilles éoliennes atteindront la fin de leur durée de vie.

Alors que les groupes de protection de la nature ont critiqué le compromis, les groupes de pression de l’énergie éolienne et des énergies renouvelables l’ont salué.

[…]

Lire l’article

https://www.euractiv.fr/section/energie/news/lallemagne-trouve-un-compromis-entre-developpement-de-leolien-et-protection-de-la-nature/

Ils ont été abattus ou chéris parce qu’ils gênaient la vue ou qu’ils embellissaient la vie : trois histoires d’arbres et de voisinage.

La première histoire se passe à Luçon, en Vendée, à la fin du mois de juillet. En rentrant chez elle, Elodie constate que la moitié des tilleuls qui bordent la départementale sont en train d’être abattus. Les minutes passent, les arbres centenaires tombent et il lui faut un petit temps pour comprendre ce qui est en train de se passer. Ces trente arbres sont coupés pour laisser passer un convoi transportant deux coques de bateau.

“Le bruit du convoi passé, les ouvriers partis, c’était un no man’s land. En deux heures de temps, ils ont complètement défiguré le paysage.” 

L’abus est constant, partout !

Mais voyez aussi l’histoire, plus joyeuse, du noyer de Marine, à Jutigny, en Seine-et-Marne, dressé en haut de la colline …

Source (lire/écouter le reste) :

https://www.franceculture.fr/emissions/les-pieds-sur-terre/les-pieds-sur-terre-du-jeudi-24-fevrier-2022

[…] sur la rentabilité du projet de méthanisation. Le prix est fortement subventionné et garanti par l’État sur 15 ans. Et après ?

Le néolibéralisme, ça consiste à ce que les pauvres gens rémunèrent des chasseurs de primes

La méthanisation est controversée. En cause, le détournement de cultures alimentaires vers une production énergétique. Des associations dénoncent une concurrence élevage-méthanisation. Et comme avec les biocarburants, les prix de l’alimentation des animaux d’élevage grimpent. « De plus, avec l’augmentation de fréquence des épisodes de sécheresse, l’accroissement de la concurrence pour l’approvisionnement en fourrage entre les éleveurs et la méthanisation risque de s‘intensifier. » Au final, ne se coupe-t-on pas l’herbe sous le pied ?

https://www.republicain-lorrain.fr/economie/2021/08/31/methanisation-interessant-mais-pour-qui

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/05/pollution-une-note-trop-salee-pour-les-contribuables-alerte-la-cour-des-comptes-europeenne_6087084_3244.html

Le principe pollueur-payeur ? Vaste fumisterie …

À Coulombs, comme dans le reste de la France, ce sont les citoyens qui paient pour le réseau d’eau potable que nous devons faire venir chaque fois de plus loin du fait de la pollution des nappes phréatiques par quelques agriculteurs du coin.

À Coulombs comme ailleurs, nous devons nous résigner à être empoisonnés par la nourriture produite par l’agriculture chimique.

Qui paie pour les morts et les dégâts sur la santé ? Sûrement pas les pollueurs. Eux, s’en mettent plein les poches, investissent dans l’immobilier ou ailleurs et envoient leurs rejetons en école privée.

Va-t-on vers une pénurie d’énergie verte en Allemagne ? Depuis deux ans, la construction d’éoliennes a diminué de 80% et les professionnels tirent la sonnette d’alarme. Inquiets pour le paysage et pour leur santé, les opposants se font de plus en plus entendre.

Pendant que l’Allemagne fait machine arrière, Macron nous pourrit la vie (avec notre argent, via des subventions) avec le business de l’éolien et de la méthanisation !!!

https://www.arte.tv/fr/videos/094810-000-A/allemagne-les-eoliennes-n-ont-plus-la-cote/

L’impact de l’activité humaine sur la planète altère même les systèmes les plus résistants. Parmi les critères que les scientifiques considèrent pour baptiser la nouvelle ère géologique comme l’ Anthropocène , la période caractérisée par l’empreinte de l’action humaine, figure, entre autres, l’utilisation généralisée des pesticides depuis plus de 70 ans. Deux études différentes ont trouvé des traces de ces composés chimiques dans des sols qui n’ont pas été appliqués depuis 3 à 20 ans.

C’est une traduction automatique, mais qui reflète assez bien le texte original …

Oui, ils ont empoisonné la terre, l’eau, les rivières, l’air et la mer … comme si elles leur appartenaient.

Ils ont porté atteinte, détruit en partie, la biodiversité. Ils nous ont empoisonnés, aussi, directement. Et leurs poisons continueront leur effets des décennies, des siècles durant … Comme si tout leur appartenait.

https://elpais.com/ciencia/2021-06-30/el-veneno-que-permanece-decadas-en-la-piel-de-la-tierra.html

IL FAUT ABSOLUMENT REGARDER CE DOCUMENTAIRE … NOUS SOMMES DIRECTEMENT CONCERNÉS !!!

Il est reproché à ce film tout récent de ne donner la parole qu’à des intervenants à charge. Après l’avoir vu, on est tenté de se dire « mais comment pourrait-il en être autrement ? », tellement il semble patent que Gaz et Éolien (ou Gaz et Solaire ailleurs) sont les deux faces d’une même monnaie favorisant, toujours, le secteur gazier. Tant il semble évident que nous sommes, par ailleurs, face à une stratégie imposée à l’Europe en général et à la France en particulier.

Ce film-documentaire s’évertue en effet à démontrer la stratégie allemande qui, du fait d’une électricité nationale trop chère, a cherché, via l’UE, qui est un (son ?) puissant outil, à renchérir l’électricité trop compétitive des autres pays européens et, surtout, celle de la France (qui disposait d’une électricité particulièrement compétitive, et décarbonée à près de 90 %, du fait de ses origines nucléaire et hydrolique, notamment).

Coulombs-en-Valois serait donc, comme le reste du pays et de l’Europe, tout bonnement victime de cette stratégie allemande, mais avec une circonstance aggravante : De se voir imposer sur son sol, et pratiquement à la fois, Biométhane et Éolien … Cerise sur le gâteau : L’éolien (au moins) sera installé par Intervent, une société française, peut-être, mais surtout propriété du groupe allemand Aterric Gmbh !

Les responsables politiques (*) ayant participé à cela devraient avoir à en répondre.

(*) Depuis les gouvernements Hollande, au moins, dont, comme on sait, Emmanuel Macron faisait déjà partie comme conseiller à l’Élysée, puis comme Ministre.

Les éoliennes sont en quelques années devenues le symbole de la transition écologique. Quels enseignements politiques, sociaux, économiques et environnementaux peut-on tirer de leur multiplication ? Le rêve est-il en phase avec la réalité ? Professionnels, experts et riverains nous dévoilent les envers du décor.

Pour en savoir plus : https://eoliennes-lefilm.com. Pour soutenir l’association et faire un don : https://www.documentaire-et-verite.co…

SOMMAIRE :

  • 00:00 Introduction
  • 09:30 Stockage et intermittence
  • 18:15 Le modèle allemand
  • 22:45 Système européen
  • 31:09 Toujours du vent quelque part ?
  • 33:19 Du vent dans le gaz
  • 39:28 Oil, GAFA & black-out
  • 45:12 Pour une sortie du nucléaire ?
  • 52:00 Quand le vent se transforme en or
  • 58:58 L’installation d’un parc
  • 1:05:43 Une chance pour l’emploi ?
  • 1:11:41 Une énergie bon marché ?
  • 1:19:37 Une fabrication verte ?
  • 1:26:40 Eoliennes, mon amour ?
  • 1:37:01 Dénis démocratiques ?
  • 1:47:29 Le salut par l’offshore ?
Ils ont tout pollué. Tout ? Non, il reste encore un peu de biodiversité à détruire …

« Elle distribue de l’argent public à ces usines, dit-il. En moyenne, une centrale reçoit 600 000 euros de subventions par emploi créé. La situation est similaire dans d’autres zones agricoles, comme la Bretagne et l’Auvergne-Rhône-Alpes. Les élus assurent que c’est un procédé énergétique durable. Mais dans les faits, la méthanisation s’industrialise et cause de graves risques de pollution. Aussi, les centrales nécessitent des apports en végétaux et donc l’utilisation de plus en plus massive de terres agricoles dédiées. »

« La politique énergétique est un enjeu colossal pour l’écologie, insiste Bruno Ulrich, représentant des associations environnementales au Ceser. Dans ce grand virage vers la méthanisation, ce ne sont pas des motivations écologiques qui priment, mais financières. Pourtant, l’urgence de trouver de bonnes solutions énergétiques est bien là, et le cap qu’on s’apprête à prendre pour les prochaines décennies n’est pas le bon, au contraire. »

https://reporterre.net/Methanisation-Grand-Est-fonce-tete-baissee