Ça vaut ce que ça vaut (ce genre de presse, vous savez ce que c’est) mais les conseils cherchent à éloigner ou à attirer ailleurs ces mal aimées, pas à les tuer. Alors, bon, c’est la bonne approche, ça paraît utile …

https://www.bibamagazine.fr/insolite/fallait-le-savoir/guepes-astuces-naturelles-eloigner-durant-vos-repas-exterieur-140616.html

NB: Voir aussi la page wikipédia, sur le sujet … Les guêpes nos alliées :

La guêpe est un insecte utile en tant que prédateur, limitant les populations d’insectes potentiellement nuisibles tels que les moustiques ou les insectes s’attaquant aux cultures.

Repris de la page wikipédia sur la guêpe commune, très proche de la guêpe germanique (ou guêpe européenne) :

Fonctions écosystémiques

En tant que petit prédateur, au sein de l’écosystème, les guêpes autochtones jouent un rôle important dans le contrôle (régulation) naturel des populations d’insectes [4] capables de se reproduire rapidement et abondamment (mouches et papillons notamment).

Elles pourraient à ce titre jouer un rôle important (service écosystémique) pour la gestion forestière et la protection des cultures contre les larves ou adultes d’un grand nombre d’espèces dites nuisibles à certaines activités humaines, mais pour la lutte biologique on leur préfère généralement des espèces plus spécialisées et surtout plus petites et ne piquant pas les humains

Sachons différencier guêpes et abeilles :

Guêpe (ici, guêpe germanique, Vespula germanica) ou guêpe européenne
Abeille (ici abeille européenne, Apis mellifera)

En milieu agricole, « c’est une hécatombe », dénonce Benoit Fontaine, scientifique au MNHN. En cause, l’intensification de l’agriculture et l’usage de pesticides, « en particulier les néonicotinoïdes », les grandes parcelles et la disparition des haies, ou encore la mécanisation.

Le gouvernement a autorisé en 2020 une réintroduction temporaire des néonicotinoïdes, dont l’effet néfaste sur les abeilles est documenté.

https://www.nouvelobs.com/ecologie/20210531.OBS44718/les-scientifiques-alertent-face-au-declin-des-oiseaux-il-faut-changer-l-agriculture-et-la-chasse.html

Un essaim d’abeilles résulte de la division d’une colonie. C’est la façon que la nature utilise pour permettre la perpétuation de l’espèce en cherchant à l’enrichir du point de vue génétique. L’essaim est donc une colonie en transit à la recherche d’un lieu où construire sa « maison » pour se développer.

cof

Or plus de 50% des essaims sont condamnés. Une mauvaise météo, trop de temps à trouver un lieu adéquat, choix d’un mauvais emplacement, famine, froid en hiver … Tout ceci venant s’ajouter au varroa, au frelon asiatique … Aux pesticides, surtout, qui les affaiblissent, les abeilles, les empoisonnent directement ou a travers leur miel ce qui, lorsqu’elles consomment une partie empoisonnée des provisions, tue les « abeilles d’hiver » (chargées, avec la reine, du redémarrage de la colonie à partir de février).

L’abeille est en danger de disparition. Elle n’est pas dangereuse, si on la laisse tranquille, et est indispensable à la pollinisation de beaucoup de plantes, de légumes, de fruits …

C’est pour l’aider que j’exerce, gratuitement, la fonction de cueilleur d’essaims à Coulombs et environs (jusqu’à 30 ou 40 km, disons).

Appelez-moi si vous voyez un essaim se poser (en fait, vous l’entendrez arriver -et repartir-, plutôt que de le voir : Cela fait un peu le bruit d’un avion !) ou s’il est déjà posé, c’est une « grappe » très calme de plusieurs kg d’abeilles (entre 20.000 et 40.000 abeilles) avec quelques abeilles virevoltant autour, qui attend que les éclaireuses reviennent avec des « propositions » de lieux où aller s’installer.

N’hésitez pas à communiquer mes coordonnées à vos amis, et contacts.

Aidons-les … Aidons-nous !

Antonio Rodriguez

Le système alimentaire dominant actuel, fondé sur l’exploitation intensive des ressources, épuise justement les ressources naturelles de la planète et accélère la perte de biodiversité, ainsi que la dégradation des sols.

Selon des experts, plus d’un tiers des terres arables de la planète ont été perdues au cours des quatre dernières décennies.

=> La réponse des « agriculteurs » ? « Après moi le déluge ».

«Il y a ce grand mythe dont nous devons nous débarrasser: que l’agroécologie est un type de travail démodé et rétrograde que nos grands-pères ont fait et qui n’est pas productif.

Ce n’est pas vrai, l’agroécologie est une approche moderne qui intègre les dernières recherches scientifiques et le savoir-faire sur la façon de gérer les interactions entre les plantes et les ravageurs, par exemple.»

Source : https://www.heidi.news/sante/l-agroecologie-au-coeur-d-une-bataille-acharnee

https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/04/08/notre-surconsommation-d-engrais-azotes-de-synthese-est-un-desastre-ecologique-social-et-economique_6075962_3232.html

Et, comme s’ils n’empoisonnaient pas assez, comme s’il n’étaient pas suffisamment nuisibles, ces nazes se permettent de nous emmerder en venant manifester sur nos routes avec leurs gros tracteurs !

L’addiction des agriculteurs aux engrais azotés a un coût exorbitant pour le climat et la biodiversité, estime un collectif d’agronomes et d’agriculteurs. Ils appellent, dans une tribune au « Monde », à réduire fortement la consommation de fertilisants chimiques et à retrouver des sources d’approvisionnement biologiques.

Tribune. Les engrais chimiques sont une potion magique issue de la guerre. L’invention du chimiste Fritz Haber (1868-1934), qui a reçu le prix Nobel pour ses travaux sur la synthèse de l’ammoniac, avait deux objectifs : nourrir davantage d’êtres humains et fabriquer des explosifs. Cette découverte a permis d’augmenter rapidement les rendements agricoles au sortir de la seconde guerre mondiale, tout en offrant de nouveaux débouchés aux industries créées en temps de guerre. Depuis 1960, notre consommation mondiale d’engrais azotés de synthèse a été multipliée par neuf – pourtant les plantes n’absorbent que la moitié de l’azote produit. Alors, où va le reste ?

Notre surconsommation d’engrais azotés de synthèse est un désastre écologique, social et économique. La fabrication de ces engrais, que nous importons à 60 %, est une bombe climatique : il faut l’équivalent en gaz d’un kilogramme de pétrole pour produire un kilogramme d’azote. Une fois arrivés dans nos champs, ils émettent massivement du protoxyde d’azote, un gaz 265 fois plus puissant que le CO2. L’azote qui n’est pas absorbé par les plantes pollue les cours d’eau et l’eau du robinet, et tue la biodiversité aquatique – le phénomène des algues vertes est désormais bien connu. De l’ammoniac s’évapore également dans l’air et contribue à produire des particules fines, qui génèrent des pics de pollution jusque dans les villes lors des épandages au printemps. L’adoption massive des engrais chimiques a provoqué une chute de la teneur en matière organique des sols et une augmentation des traitements pesticides car trop d’azote rend les plantes vulnérables aux pathogènes.

Ben, si c’est l’agriculture chimique, intensive, vous nous en verriez ravis.

Les agriculteurs [ont manifesté] vendredi matin en Île-de-France pour protester contre une réforme de la PAC qui donnerait la priorité au bio et à l’agro-écologie. « Pour le moment, un signal d’alerte lancé à l’État ».

« Laissez nous continuer à polluer, à empoisonner et à bousiller la biodiversité ! », comme slogan, en quelque sorte !

Le nôtre, ce serait plutôt :

L’agriculture [chimique, intensive] est morte ? Magnifique ! Que vive l’agriculture [la naturelle, la vraie]. Que [ré]vivent les agriculteurs [les vrais] et que disparaissent les malfaisants, les empoisonneurs !

https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/agriculture/reforme-de-la-politique-agricole-commune-l-agriculture-va-disparaitre-craint-le-president-de-la-fdsea77_4356775.html

Réautoriser deux insecticides neurotoxiques interdits en France et en Europe ? C’est bien ce qu’a fait le gouvernement, sous la pression du lobby betteravier.

On est en train de signer notre mort à petit feu. On n’arrivera pas à pallier des revenus en baisse par une augmentation des volumes

https://www.bastamag.net/Pesticides-tueurs-d-abeilles-retour-des-neonicotinoides-des-associations-deposent-un-refere-aupres-du-Conseil-d-Etat