L’agriculture industrielle nourrit mal la population, et ses alternatives inoffensives ne sont destinées qu’aux classes aisées, défendent les auteurs du livre « Reprendre la terre aux machines ». Pour eux, les alternatives (bio, Amap) doivent s’inscrire dans un projet politique dépassant la seule question agricole : rompre avec les logiques de marché et de technologisation.

https://reporterre.net/L-agriculture-malade-de-la-technologie

Extraits (débloquez l’article, pour le lire en entier.) …

Comment la civilisation occidentale, qui se prétend animée par la raison, peut-elle être aussi destructrice ? Accumulation sans fin du capital, Etat fortement militarisé et mythe de ­l’Occident ont conduit à la catastrophe écologique, détaille le philosophe Fabian Scheidler, auteur de La Fin de la mégamachine. Sur les traces d’une civilisation en voie d’effondrement,

La civilisation dont nous sommes partie prenante a créé une situation qui n’a pas d’équivalent dans l’histoire humaine. Nous assistons aujourd’hui à la plus grande extinction d’espèces depuis 66 millions d’années. Et plusieurs méthodes sont actuellement « disponibles » pour mettre fin au monde tel que nous le connaissons : un dérèglement climatique rapide, une guerre nucléaire… Mon interrogation de départ fut celle-ci : pourquoi cette civilisation, qui se met en scène comme l’incarnation de la raison, possède-t-elle une telle force destructrice ?

Le monde vivant ne fonctionne pas de manière linéaire, mais en réseau. Chaque effet peut y avoir plusieurs causes et être lui-même la cause de multiples phénomènes dans des boucles de rétroaction, dont les effets peuvent être vertueux ou dévastateurs. Appliquer à la nature vivante une pensée linéaire est une aberration. L’exemple de l’agriculture le montre. Utiliser des pesticides pour tuer certains êtres vivants a des conséquences en cascade. Cela finit par détruire les écosystèmes et les paysages.

Le principe fondamental de la mégamachine est l’accumulation sans fin de capital. Autrement dit, il s’agit de faire fructifier l’argent dans un cycle éternel de profit et de réinvestissement. Ce principe s’inscrit, entre autres, au cœur des institutions économiques les plus puissantes du monde : les grandes sociétés par action. Cependant, la machine économique ne peut exister sans un deuxième pilier qui l’appuie : l’Etat moderne, fortement militarisé, qui s’est développé de manière co-évolutive avec le capital et qui soutient les grands groupes d’une façon extraordinaire. Ces deux piliers ont formé un système à la fois extrêmement productif et agressif, qui ne peut exister sans expansion et croissance perpétuelle.

https://www.alternatives-economiques.fr/fabian-scheidler-pouvons-sortir-de-systeme-monde-capitaliste/00099287

Sale temps pour les « bio-gaziers » qui défigurent et polluent nos campagnes … Leur « bio »-méthane, c’est plus l’avenir !

L’hydrogène d’origine renouvelable va coûter de moins en moins cher et devenir compétitif face à l’hydrogène d’origine fossile, et même, dans certains cas, face au gaz naturel, selon une étude publiée ce mercredi 7 avril.

L’hydrogène dit « vert » est produit par électrolyse de l’eau en utilisant de l’électricité d’origine renouvelable (éolienne, solaire ou hydroélectrique). Sous cette forme, ce gaz aux multiples usages reste encore très cher à produire. Mais BloombergNEF, centre de recherche dédié à la transition énergétique, a revu à la baisse ses prévisions de coûts pour l’avenir, en raison de la chute attendue des prix de l’électricité solaire.

https://www.sudouest.fr/international/l-hydrogene-vert-va-devenir-moins-cher-que-les-energies-fossiles-selon-un-rapport-1992034.php

Et, pendant ce temps, nous, en France on veut faire de l’hydrogène avec du nucléaire. Ah, oui, et convertir l’agriculture intensive à la production de méthane que, pour l’occasion, on appelle « Bio »-méthane, pour faire plus mieux … Et tout ça en se grattant le scrotum d’une main, pendant qu’on se cure le nez de l’autre !

Le gouvernement danois a approuvé le projet de construction de deux îles énergétiques qui produiront non seulement 4 GW d’électricité, mais aussi de l’hydrogène vert destiné aux secteurs de la navigation, de l’aviation, de l’industrie et du transport lourd. Un mois plus tard, le géant allemand Thyssenkrupp a annoncé qu’il allait travailler avec la société énergétique allemande Steag sur une usine d’électrolyse de l’hydrogène de 500 MW destinée à alimenter la production d’acier. 

https://www.h2-mobile.fr/actus/bill-gate-soutient-nouveau-procede-hydrogene-vert-low-cost/

Non, rassurons-nous, c’est pas à Coulombs en Valois que ça se passe !

D’un salarié embauché par ses parents, ils sont désormais huit dans l’équipe. Les cuves sont là pour le rappeler. Ici, on produit des centaines de milliers de litres par an et le verre teinte sur la chaîne d’embouteillage.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/seine-et-marne/nous-paysans-en-seine-et-marne-un-agriculteur-brasseur-qui-fait-mousser-ses-cereales-1970797.html