C’est la période des plantations, l’été va pointer le bout de son nez et avec lui la chaleur. Se posera la question de l’arrosage des légumes du potager. Quelles sont les différentes techniques d’arrosage avec leurs avantages et inconvénients  ? On vous explique tout ça.

Simpa !

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/comment-irriguer-son-jardin-potager-a-l-approche-de-l-ete-et-des-fortes-chaleurs-2127253.html

Extraits :

Pas de produit miracle. Nous dénonçons les indications d’usage abusif trop souvent reprises par des médias mal informés ou des sociétés commerciales peu scrupuleuses. L’extrait d’ortie n’est ni insecticide, ni engrais, ni désherbant.

Puisque la supercherie est avérée, partons sur du fumeux …

L’extrait d’ortie stimule les échanges entre le sol et la plante, ce qui se traduit par une meilleure croissance et un état sanitaire optimal… En pulvérisation foliaire, l’extrait d’ortie se comporte comme un anti-stress précieux

En fait, du vent …

Les phytostimulants reposent sur la théorie biodynamique qui consiste à dynamiser le lien entre la plante, le sol et le cosmos. Il y a celle de Rudolf Steiner qui s’appuie sur la Bible, et la plus récente dans l’esprit de l’homéopathie.

Bref, du foutage de gueule !

http://www.lejardinvivant.fr/2020/02/26/comparatif-urine-humaine-purin-dortie/#:~:text=%E2%86%92%20AZOTE%20%3A%20avantage%20urine.,%E2%86%92%20PHOSPHORE%20%3A%20avantage%20urine.&text=21%20kg%20de%20mati%C3%A8re%20s%C3%A8che,la%20bonne%20sant%C3%A9%20des%20plantes

Le système alimentaire dominant actuel, fondé sur l’exploitation intensive des ressources, épuise justement les ressources naturelles de la planète et accélère la perte de biodiversité, ainsi que la dégradation des sols.

Selon des experts, plus d’un tiers des terres arables de la planète ont été perdues au cours des quatre dernières décennies.

=> La réponse des « agriculteurs » ? « Après moi le déluge ».

«Il y a ce grand mythe dont nous devons nous débarrasser: que l’agroécologie est un type de travail démodé et rétrograde que nos grands-pères ont fait et qui n’est pas productif.

Ce n’est pas vrai, l’agroécologie est une approche moderne qui intègre les dernières recherches scientifiques et le savoir-faire sur la façon de gérer les interactions entre les plantes et les ravageurs, par exemple.»

Source : https://www.heidi.news/sante/l-agroecologie-au-coeur-d-une-bataille-acharnee

Pendant que ces agriculteurs de la Beauce parlent élevage, fertilité des sols, bio, agroécologie, ceux de nôtre région (une partie, au moins) posaient, eux, dans une photo similaire, pour annoncer qu’ils comptaient agraver la logique d’industrialisation de leurs activités …

https://www.lechorepublicain.fr/sancheville-28800/actualites/reintroduire-l-elevage-en-beauce-pour-tracer-un-nouveau-chemin_13906017/

Des tentatives de définition ont été faites à plusieurs reprises. Mais il n’existe à l’heure actuelle aucune définition officielle même si dans son avis du 19 août 1995, la Commission d’enrichissement de la langue français essaye de donner deux définitions :

– Application de la science écologique à l’étude, à la conception et à la gestion d’agrosystèmes durables.

– Ensemble de pratiques agricoles privilégiant les interactions biologiques et visant à une utilisation optimale des possibilités offertes par les agrosystèmes.

Fondation Terre Solidaire
Fondation Terre Solidaire
La CIDSE (Coopération Internationale pour le Développement et la Solidarité) a également défini 15 principes de l’agroécologie prenant en compte les enjeux économiques, politiques, environnementales et socio-culturels.

Devoir expliquer quelque chose d’aussi évident, d’aussi ancien, que l’auto-fertilité prouve combien ont été néfastes les politiques ayant abouti l’agro-industrie et où elles nous ont menés.

L’agriculture chimique, présentée, et c’est un comble, comme l' »agriculture traditionnelle », n’est plus de l’agriculture, et les tâcherons épandeurs de produits phytosanitaires qui empoisonnent tout et tous, accros au labourage profond avec leurs gros tracteurs, ne sont plus des agriculteurs. Ce sont des stérilisateurs, des « désertificateurs », pollueurs dans le meilleur des cas … empoisonneurs dans le pire.