Motivation

À Coulombs, l’empoisonnement de nos nappes phréatiques a rendu l’eau impropre à la consommation humaine depuis longtemps. Nous devons donc en faire venir d’ailleurs, depuis des années … À nos frais, car, pour nos gouvernants successifs, la notion de cochon de payeur est largement préférée à celle de pollueur-payeur.

Dans notre commune, comme partout où sévit l’agriculture chimique, la destruction de la biodiversité est patente. Sur les sols puis dessous, dans les mares, les cours d’eau, les nappes phréatiques, la faune et la flore sont sacrifiées.

Un apiculteur de notre secteur (très expérimenté, « historique », même) déclarait récemment, avoir perdu 11 colonies d’abeilles sur 12, l’hiver 2019-2020, dans l’un de ses ruchers. Un autre, avec, également des ruches dans notre commune, en a perdu 7 sur 9, dans l’un des siens.

Mais le problème des abeilles à miel n’est que la partie la plus connue du problème. Tous les insectes butineurs -abeilles sauvages, guêpes, frelons, bourdons, papillons etc …- sont concernés, les autres insectes également. Il en va de même des oiseaux, chauve-souris, batraciens … Toute la faune subit la même pression, est victime de la même hécatombe.

Récemment, le WWF a fait savoir que l’édition 2020 du rapport Planète Vivante constate que les populations de vertébrés -poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles- ont chuté de 68% entre 1970 et 2016.

Pour la flore c’est la disparition des coquelicots dans notre environnement qui est symptomatique de l’étendue des dégâts. Difficile de se rendre compte, là encore plus, du nombre d’espèces naturelles touchées.

Comme si la situation n’était pas, déjà, catastrophique donc, une unité de méthanisation a été mise en chantier sur notre territoire !

On peut d’ores et déjà avancer sans grand risque de se tromper, que, si nous ne nous mobilisons pas, la détérioration de notre environnement et de notre habitat s’aggravera.

Mais il n’y a pas que l’Environnement : Selon le Collectif National de Vigilance de la Méthanisation (CNVM), l’implantation d’une unité de méthanisation peut se solder par la dévalorisation des biens immobiliers pouvant atteindre entre 30 et 60% !

Qui voudrait, en effet, s’installer dans un village où, pour des intérêts privés :

  • Des norias de camions et de tracteurs –comme ce fut déjà le cas samedi 12 septembre 2020s’approprieront nos routes, les dégradant à nos frais, levant des nuages de poussière, provoqueront gênes, accidents, nous pourriront les déplacements, interdiront les ballades …
  • nappes phréatiques et rus, déjà scandaleusement pollués, vont l’être encore d’avantage,
  • Où des épandages pestilentiels vont se réaliser,
  • Où seront courantes, voire permanentes, des odeurs nauséabondes (oui, le méthane, l’azote, l’ammoniaque, le souffre et autres cochonneries que produisent ces machins, ÇA PUE ! et on estime à entre 10 et 15% les fuites de ces usines à gaz …)

Et, le pire, c’est que c’est nous, pauvres contribuables, qui, une fois encore et via de bonnes et grosses subventions grassement accordées depuis des lustres aux mêmes « entrepreneurs » sous perfusion, finançons ces scandaleuses activités qui nous pourrissent la vie, la planète, vont jusqu’à faire disparaître la propre terre végétale des champs de ces pseudo-agriculteurs du fait de pratiques qui, depuis longtemps, ont perdu leur caractère agricole pour devenir industrielles. Même les subventions de la PAC pour encourager l’abandon de l’agrochimie ne servent à rien. Elles sont encaissées, ces subventions, ça, oui …

L’art de la communication, le toupet qui caractérise ces gens qui nous gouvernent sont écoeurants … ils n’hésitent pas à assurer que ce type d’usines à gaz relève de l’écologie … Nous publierons ici les fiches du Collectif Scientifique National Méthanisation (CNSM), pour que chacun se fasse son opinion.

Les sommes en jeu sont énormes … Elles attirent tellement de chasseurs de prime déguisés en agriculteurs que, soyons-en sûrs, d’autres unités de méthanisation verront le jour ici et là. Et celles qui existent demanderont des extensions avec, c’est la stratégie constatée, l’utilisation d’intrants plus  contaminants, plus dangereux, dont émanations et digestats pollueront encore plus nos sols, notre air, notre eau avec, cette fois-ci, la possibilité d’y voir des agents pathogènes résistants provenant de déchets de toutes sortes, comme ceux d’animaux, mangeant n’importe quoi (et c’est pas la crise de la vache folle qui le démentira), élevés depuis toujours sous perfusion d’antibiotiques

La construction de cette unité de méthanisation, sans même avoir consulté les habitants de la commune (personne, dans notre entourage, n’a reçu d’information et encore moins de convocation à une quelconque réunion d’information) est, donc, la goutte d’eau, si on ose dire, qui a motivé la création de CEVE (Coulombs En Valois Environnement).

Il est plus que temps de faire cesser ces abus, ce sans-gêne de gens qui s’imaginent sans doute vivre en d’autres temps, croient que le village n’est qu’une autre partie de leurs fermes, que les habitants des la commune ne sont que des serfs.

CEVE est donc un collectifdde Coulombs en Valois créé pour défense de l’Environnement et de l’Habitat. Au-delà, nous espérons initier une dynamique qui aboutisse, dans la Vallée de l’Ourcq, du Clignon et d’ailleurs, à la création, au ralliement de collectifs locaux ayant des préoccupations et des objectifs similaires. Et, qui sait, une structure commune pourrait, ensuite, peut-être nous unir tous afin de couvrir tout le territoire des Collines de l’Orxois dont, plus que du Valois, Coulombs fait partie intégrante.

Et pourquoi pas au-delà, encore …

Si, localement, à moins qu’il n’y ait eu de irrégularités et que le projet puisse être déclaré illégal (comme en Dordogne, où les opposants au méthaniseur de Saint-Aquilin saisissent le Conseil d’État), le plus efficace  semble être d’empêcher le lancement des projets de construction de ces machins, une fois en route, c’est au niveau national qu’il convient d’agir. C’est pour cela que CEVE s’est d’ores et déjà rapproché du Collectif National Vigilance Méthanisation (CNVM), en plus de l’avoir fait avec le CSNM (Collectif Scientifique National Méthanisation), cités plus haut.

Pour convaincre et augmenter notre nombre, nous présenterons ici les travaux de ces organisations, articles de presse, posts et actions d’autres collectifs qui luttent contre ce nouveau scandale sanitaire en perspective qu’est cette méthanisation industrialisée qu’on nous impose  …