La lecture de flores anciennes régionales ou locales laisse rêveur quand on y lit les commentaires sur la répartition de certaines espèces qualifiées alors de communes et répandues (au point de ne même pas donner de localités) et qui, aujourd’hui, sans devenir presque éteintes, se sont largement raréfiées.

https://www.zoom-nature.fr/le-declin-inquietant-de-loeillet-velu/

Vive le Conseil d’État, nom de dieu !
Car, sans lui, ce gouvernement serait plus malfaisant, encore, que ce qu’il est.

Piètre consolation, oui, mais il faudra bien s’en satisfaire, en ces temps où le troupeau qui prétend être un peuple souverain, s’abstient aux aux deux tiers aux élections ou, quand il vote, encense les néolibéraux, se vautrant même dans la fange immonde de l’extrême droite.

Lis ça, ami, lis et constate encore une fois la malfaisance d’agriculteurs qui ont viré empoisonneurs et de gouvernants animés, non par l’intérêt général, mais par la mise en place de l’autodestruction à laquelle conduit le néolibéralisme.

https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/pesticides-le-conseil-d-etat-ordonne-que-les-regles-d-utilisation-soient-completees-pour-mieux-proteger-la-population

Chlordécone, lindane, glyphosate…. Après une campagne test en 2018, un suivi annuel de 75 pesticides dans l’air extérieur est désormais mis en place dans l’Hexagone et en Outre-mer, ont annoncé lundi les organismes responsables, espérant pouvoir le faire de façon « pérenne ».

Une énième structure, comme si nous ne savions pas, déjà …

Il est à craindre que ce ne soit qu’un contre-feu de plus des néolibéraux qui nous gouvernent, pour mieux cacher leurs crimes. Vous savez, ces empoisonneurs qui disposent de la terre, de l’eau, de l’air et de toute la vie sur la planète comme si leur argent, et seulement lui, était la finalité de tout …

https://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/respirons-nous-des-particules-de-chlordecone-un-suivi-annuel-de-75-pesticides-dans-l-air-ambiant-lance-pour-repondre-a-cette-question-1067206.html

Le Conseil d’Etat demande au gouvernement de renforcer, sous six mois, la réglementation encadrant l’épandage des pesticides « pour mieux protéger la population »

Parce que, le gouvernement, il n’en a rien à faire, de le population. La population, il autorise son empoisonnent, le gouvernement … Il l’encourage, même !

C’est ce que signifie cette injonction du Conseil d’État. Ni plus ni moins.

https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/07/26/le-conseil-d-etat-demande-le-renforcement-des-regles-d-epandage-de-pesticides_6089590_3244.html

« Pour nous, c’est l’image de la négligence des autorités de la province. Ceux qui devraient contrôler sont ceux qui autorisent l’empoisonnement des populations »

Exactement comme chez-nous, en France. Ici aussi, les gouvernements fabriquent des empoisonneurs de la population !

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/07/26/en-argentine-une-lagune-devenue-rose-polluee-par-des-produits-chimiques_6089548_3210.html

La start-up se prépare à lancer d’ici peu la production « de la batterie nécessaire pour mettre définitivement à la retraite les [centrales] thermiques au charbon ou au gaz naturel »

Si pour vous, ça ne signifie rien, pour d’autres(*), cela veut dire beaucoup.

https://www.lopinion.fr/edition/wsj/start-up-americaine-affirme-avoir-revolutionne-batteries-longue-duree-250670

(*) plus ça va et plus il semble que les producteurs de « bio »méthane, vont devoir se le bouffer, leur gaz.

Depuis quelques jours, une unité de méthanisation produit de l’électricité en contrebas de la ferme Richert, à Berling. Une installation conçue pour traiter uniquement les effluents des 800 bovins que compte la structure. Pas question de trafic routier supplémentaire. Alors que ces structures suscitent parfois des tensions avec le voisinage, même les néo-Berlingeois qui ont quitté Réding (où un méthaniseur industriel devait être installé) ne trouvent rien à redire.

Oui, à l’origine, les unités de méthanisation, ce devait être ça.

Mais, ça, c’était avant !

https://www.republicain-lorrain.fr/economie/2021/07/22/berling-la-ferme-richert-lance-son-methaniseur-a-taille-de-ferme

Pour la com, on dit « phytos », au lieu de pestides, et « Bio » se prononce la bouche en cul de poule … C’est important.

Ne pas dire ni reconnaître que l’usage de ces poisons est en augmentation (+12 %, en France, en 2017) ni que des points d’eau ont été effacés des cartes IGN pour ne pas avoir à les protéger des pesticides (Source Wikipedia – https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Produit_phytosanitairehttps://fr.m.wikipedia.org/wiki/Produit_phytosanitaire).

Ne surtout pas aborder le problème des perturbations endocriniennes. Ce serait superflu … Et pourrait faire tache, dans un évènement « Bio ».

https://www.vitisphere.com/actualite-94457-Deux-systemes-de-pulverisation-precis-et-economes-en-phytos.htm

le gouvernement s’entête en organisant une nouvelle parodie de consultation en pleine torpeur estivale, par le moyen d’une instruction aux préfets totalement surréaliste.

Foutage de gueule ?

Pardi !

https://www.quechoisir.org/billet-du-president-epandage-des-pesticides-a-proximite-des-proprietes-riveraines-encore-un-nieme-passage-en-force-du-gouvernement-n93352/

Depuis quinze ans, les artisans semenciers drômois de Jardin’enVie produisent et vendent des variétés paysannes de semences, plants, légumes, fruits et fleurs. Pour agrandir leur surface cultivable et fertiliser les sols appauvris par l’agriculture productiviste, ils comptent sur l’épargne citoyenne et font appel aux collectivités.

https://reporterre.net/Dans-la-Drome-une-cooperative-fait-fructifier-les-semences-paysannes